Antécédents

La région de San Martin était jusqu’il y a peu de temps une des principales zones de production de pâte-base de cocaïne (pbc) et Tarapoto une des trois villes de plus forte consommation de drogue au Pérou. Cette partie de la Haute Amazonie possède une grande biodiversité sur laquelle reposent de nombreuses pratiques médicales autochtones encore très vivaces et dynamiques, capables de proposer des alternatives thérapeutiques face aux grands défis contemporains en santé publique.

Tandis que la médecine conventionnelle officielle offre de maigres résultats dans le traitement des pathologies liées à la toxicomanie, l’observation scientifique a permis de prouver la grande efficacité des soins traditionnels ancestraux pour traiter les dépendances aux substances toxiques. Depuis les années 60 la neuropsychiatrie péruvienne se distingue mondialement par l’étude des médecines autochtones (C-A. Seguin, M. Lemlij, O. Ríos, F. Cabieses, M. Chiappe, etc.). En 1978, le docteur Mario Chiappe informe l’OMS du fort pourcentage de cas d’alcoolisme soignés par les méthodes traditionnelles empiriques des guérisseurs de la Côte Nord du Pérou.

Depuis 1986, notre recherche préliminaire s’est centrée sur l’observation participante du travail des guérisseurs amazoniens, particulièrement en ce qui concerne l’usage ritualisé des plantes médicinales pour le traitement des consommateurs de pâte-base de cocaïne, de cocaïne pure, de cannabis, d’alcool et de médicaments.

En 1992, sur cette base, Takiwasi ouvre ses portes pour offrir un protocole de soins aux consommateurs dépendants de drogues légales ou illégales. À cette fin s’est édifiée une infrastructure adaptée à la résidence et à la vie en commun des patients. De même une équipe pluridisciplinaire a été constituée, comprenant des médecins, des psychologues et psychothérapeutes, des éducateurs, des guérisseurs et plusieurs assistants thérapeutiques. Dès ses débuts Takiwasi reçoit des demandes de traitements qui arrivent aussi bien de façon individuelle que canalisées par des institutions publiques ou des ONG et reçoit des patients de la région, nationaux et étrangers.

Takiwasi fonctionne légalement comme Centre de santé, autorisé par la Direction Régionale de Santé de San Martín (Décision directoriale 039-DG-DIRES/SM-96). De la sorte il devient une des rares communautés thérapeutiques du Pérou à être reconnue officiellement.

-->