Ir a la página de inicio    
 
 

Dans la liste suivante se trouvent les projets qui sont développés actuellement dans le cadre du protocole de recherche du Centre Takiwasi.


Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Brian Rush, Fernando Mendive, Sara García

L'efficacité de l'Ayahuasca pour le traitement des toxicomanies en Amérique latine

Institution Collaboratrice : Camh, Nierika.

Voir le résumé du projet

Cette recherche vise à évaluer systématiquement les effets thérapeutiques et l'efficacité du traitement pour des toxicomanies développés et appliqués depuis plus de 20 ans par le Centre Takiwasi dans la région de San Martín, au Pérou, qui est basé sur la complémentation de la médecine traditionnelle amazonienne avec la psychothérapie moderne. Il s'agit d'une étude comparative et de prospective longitudinale qui comprend des méthodes mixtes. Un échantillon de 30 patients résidant à Takiwasi sera inclus. Les participants complètent les mesures quantitatives et mènent des entretiens qualitatifs au moment de l’'entrée et de la sortie du traitement, et aux 3, 6, 9 et 12 mois après la sortie. Les instruments mesurent la sévérité de la dépendance, la quantité et la fréquence de la consommation, la motivation pour le traitement, la santé mentale, la qualité de vie, la spiritualité et la satisfaction du service. Les entrevues exploreront en profondeur les expériences subjectives des patients dans le traitement et dans les mécanismes explicatifs possibles concernant l'efficacité du traitement. En outre, cette recherche comprendra une ethnographie du contexte thérapeutique de Takiwasi décrivant à la fois la localisation physique et les idées culturelles sur le problème et les processus de guérison chez le personnel de Takiwasi. Cette recherche fait partie d'un projet international de recherche appelé ATOP (Ayahuasca Treatment Outcome Project) dans lequel plusieurs pays américains (Brésil, Canada, Pérou, Mexique et Argentine) collaborent. Les résultats de cette recherche seront partagés avec ceux réalisés par d'autres pays afin d'évaluer conjointement l'efficacité de l'utilisation de la médecine traditionnelle amazonienne pour le traitement des toxicomanies au niveau transculturel.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Fernando Mendive, Elizabeth Garcia

Projet de recompilation, stockage, gestion et évaluation de l'information clinique du Centre Takiwasi (Projet Plus)

Institution Collaboratrice : Takiwasi

Voir le résumé du projet

Les « plantes maîtresses » ont des propriétés psychoactives, c'est-à-dire qu'elles peuvent générer des états modifiés de conscience, qui, dans la médecine traditionnelle, sont utilisés par fins rituelles ou thérapeutiques. Le projet actuel a été conçu dans le but de créer des conditions favorables en termes d'accessibilité, de rigueur et de qualité de l'information, permettant de proposer et de mener des études scientifiques sur l'utilisation des plantes maîtresses dans des contextes thérapeutiques. En plus de son travail de réhabilitation de la toxicomanie, le Centre Takiwasi reçoit régulièrement des personnes intéressées par certaines techniques de la médecine amazonienne traditionnelle, pour ses qualités facilitant les processus psychothérapeutiques. De cette façon, le projet comprend la collecte d'informations cliniques sur l'expérience avec les plantes maîtresses des personnes qui recherchent dans les plantes une complémentation de leurs processus thérapeutiques. Ce projet vise principalement à promouvoir et à faciliter la recherche scientifique, mais aussi à soutenir les thérapeutes dans le travail quotidien de suivi de leurs patients et d'améliorer la documentation de leurs cas cliniques.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Annalisa Valeri

Projet de recherche Psychose et Ayahuasca

Institution Collaboratrice : Centre José Bleger pour l'étude et la recherche.

Voir le résumé du projet

La recherche vise à découvrir la relation entre l'ayahuasca et les symptômes psychotiques (expériences inhabituelles définies comme des illusions, des hallucinations, des expériences de malaise profond, dépression sévère, graves troubles de l'alimentation) qui se manifeste une fois que le rituel est fini et dure jusqu'à un mois après la cérémonie. L'hypothèse est que le rituel de l'ayahuasca peut permettre l’émergence des souvenirs antiques, telles comme les expériences préverbales qui, si ne sont pas intégrées dans une vision globale, pourraient conduire à des moments de fragmentation, avec des expériences de persécution. De la même façon, l'expérience avec l'ayahuasca pourrait permettre, grâce à l'émergence de vieux traumatismes et des souvenirs préverbaux, de trouver un sens aux symptômes qui normalement ne correspondent pas à la personnalité entière de l'individu. Cela signifierait que l'expérience avec l'ayahuasca aurait un potentiel thérapeutique pour modifier et élargir la prise de conscience des expériences vécues, non seulement au niveau individuel. Grâce à la collaboration avec le Centre Takiwasi à Tarapoto, la recherche fournit une étude sur 8 cas du Centre qui ont connu des symptômes psychotiques. L'étude se fera par l'analyse du matériel recueilli avec le Projet Plus, dans le but de déterminer si les cérémonies avec ayahuasca pourraient avoir un potentiel thérapeutique dans la compréhension et la guérison des symptômes psychotiques ou, à l'inverse, un effet d’exacerbation et apparition de psychoses latentes. En outre, grâce à différentes associations présentes en Italie, qui exécutent des rituels avec ayahuasca, 10 entrevues seront réalisées à des personnes qui ont vécu cette expérience pour guérir des expériences psychotiques ou, à l'inverse, après une expérience avec ayahuasca ont eu des expériences psychotiques , en analysant comment le processus s'est développé avec le temps.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Anne Denys

Évaluation des résultats de l'utilisation de la médecine amazonienne traditionnelle et de l'Ayahuasca dans le traitement des dépendances et autres troubles mentaux.

Institution Collaboratrice : ssociation française d'ethnopharmacologie, Ecole de santé publique de l'Université de Nancy et Laboratoire de recherche APEMAC à Metz - France.

Voir le résumé du projet

Le projet repose sur son sujet antérieur de recherche au Centre Takiwasi, où elle a identifié une série d'expériences clés de la participation des guérisseurs autochtones pendant le traitement demandé par les clients et les thérapeutes, étant pertinent et associé au rétablissement de dépendances sévères à l'alcool et aux autres médicaments. Les objectifs du projet sont les suivants: i) Corréler l'émergence d'expériences clés avec les résultats du traitement mesuré en termes de symptômes psychiatriques; usage de drogues et d'alcool et qualité de vie; ii) Corréler qualitativement les évaluations des processus thérapeutiques deux ans après la sortie avec des résultats quantitatifs; iii) Identifier chez les clients les caractéristiques et la personnalité qui les rendent adaptées au programme de Takiwasi et les indicateurs qui peuvent prédire des résultats réussis.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Daniel Perkins

Global Ayahuasca Project

Institution Collaboratrice : Université de Melbourne – Australie.

Voir le résumé du projet

L'étude sera observationnelle et utilisera une approche mixte combinant l'utilisation de méthodologies tant qualitatives que quantitatives. La triangulation sera utilisée pour tirer parti des perspectives qualitatives des participants et des centres / groupes d'ayahuasca ainsi que des données quantitatives collectées pour donner une image plus holistique et plus robuste (Vidovich 2003). Il est défini par trois composantes d'enquête ainsi que des méthodes anthropologiques et sociologiques qualitatives, y compris le travail de terrain ethnographique, l'observation des participants et des entretiens semi-structurés.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Renato Alarcón

Cultural Formulation Interview pour caractériser la population de Takiwasi dans le cadre de l'ethnographie du projet ATOP

Institution Collaboratrice : Université Péruvienne Cayetano Heredia - Pérou.

Voir le résumé du projet

En plus du travail effectué par ATOP, l'application et l'analyse de la « Cultural Formulation Interview » à l’équipe thérapeutique de Takiwasi élargit la compréhension des conceptions sur la santé mentale, la dépendance et le rétablissement des personnes qui travaillent dans le protocole du Centre (intégration des médecines traditionnelles et occidentales). Cette analyse qualitative se propose d'être une publication en soi.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Julio Portocarrero, Mae Francke

L'articulation de l'Ayahuasca dans le traitement des addictions

Institution Collaboratrice : Pontificia Universidad Católica del Perú, Département des sciences sociales, Spécialité en anthropologie.

Voir le résumé du projet

La recherche analyse l'articulation de l'Ayahuasca dans le traitement des dépendances dans le cas de Takiwasi, en se concentrant principalement sur les pratiques thérapeutiques des différents spécialistes qui pratiquent à Takiwasi qui, dans leurs interactions et leur établissement, négocient et constituent la même thérapie médicale. Des entretiens approfondis ont été réalisés avec le personnel de Takiwasi. Parmi les résultats préliminaires, Takiwasi est un phénomène complexe, l'un des premiers projets avec l'objectif conscient d'articuler les pratiques de différents systèmes médicaux dans un traitement, mais aussi un espace plurivocal, avec des spécialistes médicaux de différentes formations, origines et provenances (les plantes, la biomédecine, la psychothérapie) qui négocient et se contestent les espaces de thérapie, les notions sur la santé et la maladie et le protagonisme dans le processus de guérison du patient. Les thérapies médicales ne sont pas rigides, mais fluides et négociables. La recherche est actuellement dans la phase d’analyse des informations recueillies et dans le développement de la thèse.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Cecile Giovannetti

Évaluation de l'efficacité de la médecine amazonienne traditionnelle, de l'Ayahuasca et de la psychothérapie pour atténuer la dépression et l'anxiété chez les patients après un traitement résidentiel de dépendance au Centre Takiwasi au Pérou

Institution Collaboratrice : Institut de médecine tropicale et santé internationale Charité Universitätmedizin Berlin - Allemagne.

Voir le résumé du projet

L'objectif principal du projet est de "Générer des preuves préliminaires sur l'impact de la médecine traditionnelle amazonienne, de la psychothérapie et de la cohabitation sur l'intensité de la dépression et de l'anxiété chez les patients qui suivent un programme thérapeutique de traitement de la toxicomanie". Cette étude présente une conception observationnelle et longitudinale avec une évaluation simple avant et après l'achèvement du programme thérapeutique : une simple pré / post conception. Les données de suivi et l'évaluation complète de la gravité de la dépendance, le profil approfondi du patient et les perceptions des patients sur le programme thérapeutique seront analysées de manière adéquate après l’achèvement du Projet ATOP et cette étude sera limitée à l'évaluation de l'impact du traitement sur le changement d'un petit nombre de variables avant et après le traitement. L'étude proposée n'est pas destinée à représenter le vaste travail effectué avec ATOP, mais vise à ouvrir la voie à la publication de ce projet de recherche sans précédent, en présentant une partie limitée des premiers résultats, en développant une approche méthodologique précoce et en informant la communauté scientifique de la future publication de ce travail d'importance clinique sans précédent jusqu'à maintenant.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Olivia Marcus

Recherche sur le pluralisme thérapeutique dans l'Amazonie péruvienne

Institution Collaboratrice : Université du Connecticut – Etats Unis.

Voir le résumé du projet

Le présent travail est une recherche anthropologique sur les personnes, le contexte et le protocole au Centre Takiwasi, afin de compléter la révision de l'état du pluralisme thérapeutique dans l'Amazonie péruvienne. Des entretiens approfondis sont réalisés avec des patients résidentiels, des diététistes et le personnel du Centre Takiwasi. L'étude est actuellement dans la phase de récupération et analyse de l'information.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : Ilana Berlowitz

Traitement de la dépendance aux substances : une étude exploratoire du potentiel thérapeutique des pratiques de la médecine traditionnelle dans la Haute-Amazonie péruvienne.

Institution Collaboratrice : Département de psychologie, Université de Fribourg, Institut d'ethnologie, Université de Neuchâtel, Faculté de médecine, Hôpital universitaire de Zurich. Voir le résumé du projet

Voir le résumé du projet

On étude le potentiel thérapeutique des méthodes de traitement de la médecine traditionnelle amazonienne en utilisant une approche multimodale. Les objectifs sont les suivants : i) Tirer empiriquement une description épistémologique de la conception amazonienne de la « dépendance aux substances » et de son traitement et ii) identifier le composant le plus efficace dans le traitement entre les différentes techniques de la tradition amazonienne. Sur la base des données naturalistes, le but ultérieur est d'évaluer empiriquement le potentiel thérapeutique ; iii) de la composante centrale identifiée et iv) du traitement en général. Les données qualitatives qui permettent de comprendre le concept de dépendance aux substances de la médecine amazonienne traditionnelle, son étiologie et son traitement, ont été recueillies grâce à des entretiens semi-structurés avec des praticiens de la médecine amazonienne traditionnelle. En outre, des données quantitatives sur une variété de variables cliniques ont été recueillies auprès des patients résidents du Centre Takiwasi. En outre, ont été étudiés les effets spécifiques des diètes dans la jungle, identifiés comme un élément central de l'étude qualitative.

Fotografía del doctor Jacques Mabit, presidente fundador del centro Takiwasi

Chercheur / Responsable : David O’Shaugnessy

Takiwasi : recherche sur un nouveau traitement contre la toxicomanie

Institution Collaboratrice : Université James Cook – Australie.

Voir le résumé du projet

La recherche examine l'évolution des patients pendant le traitement à Takiwasi d'un point de vue biopsychosocial et anthropologique, car elle associe l'observation des participants aux méthodes biologiques et psychologiques quantitatives. La recherche examine les effets du traitement sur le système de stress biologique, ainsi que la relation entre ces changements et divers facteurs psychologiques (par exemple, les perceptions de la santé mentale et physique, la spiritualité, le désir de consommation et les performances cognitives générales). Ces résultats quantitatifs sont contextualisés par une exploration narrative de l'évolution des patients dans le traitement à Takiwasi.